pauvre


pauvre

pauvre [ povr ] adj. et n.
XVIe; povre (adj. et n.) 1050; lat. pauper
I Adj.
1(Employé comme attribut, ou épithète apr. le nom) (Personnes) Vieilli Qui manque du nécessaire ou n'a que le strict nécessaire; qui n'a pas suffisamment d'argent, de moyens, pour subvenir à ses besoins. indigent, nécessiteux; fam. fauché. Être pauvre (cf. Être dans le besoin, n'avoir pas le sou, ne pas avoir d'argent). argent . Il est devenu pauvre. appauvri, ruiné. Très pauvre, pauvre comme Job. misérable, miséreux. « La Femme pauvre », roman de Léon Bloy. Une famille pauvre. défavorisé. Traiter qqn en parent pauvre. Les quartiers pauvres d'une ville. Les pays pauvres. sous-développé; P. M. A.
2(Choses) mod. Qui annonce la pauvreté. Pauvre maison. Un air pauvre et souffreteux. Ça fait pauvre.
3Littér. PAUVRE DE :qui n'a guère de. ⇒ dénué, dépourvu, privé. « Pauvres de talent et de ressources » (Diderot). Pauvre d'esprit : très bête.
Mod. PAUVRE EN. Sous-sol pauvre en charbon. Aliment pauvre en calories ( hypocalorique) . Région pauvre en distractions, en équipement ( sous-équipé) . « La brigade trouvait le village pauvre en estaminets et en belles filles » (Maurois).
4Qui est insuffisant, offre ou produit trop peu. Terre pauvre. 1. maigre, stérile. La carte des vins est un peu pauvre. La documentation sur le sujet est très pauvre. « “Langue un peu pauvre”, disait cet excellent Heredia à qui je présentai mon premier livre » (A. Gide).
5(v. 1350 en fonction d'épithète, av. le subst.) Cour. Qui inspire de la pitié, que l'on plaint. malheureux, pitoyable. Un pauvre malheureux. Pauvre hère. Ayez pitié d'un pauvre aveugle ! Pauvre bougre ! La pauvre bête. Son pauvre corps endolori. Un pauvre sourire, triste, forcé. Pauvre France ! Spécialt « Quand nous disons : “Ce pauvre Untel”, tout le monde comprend qu'il est passé de vie à trépas » (A. Hermant). (En s'adressant à qqn) fam. Mon pauvre vieux, ma pauvre chérie, ma pauvre petite ! « Pauvres maris ! voilà comme on vous traite » (Molière). « Lorsqu'on est très malheureux, on parle aux autres hommes en leur disant “mon pauvre ami”, ou “mon pauvre monsieur”, comme s'ils étaient eux-mêmes à plaindre » (Duhamel). Pop. Ma pauvre dame ! [ povdam ].
Loc. Région. « Pauvre de moi ! disait-il. Maintenant, je n'ai plus qu'à mourir » (A. Daudet). Pauvre de nous ! Subst. Le pauvre, il n'a vraiment pas de chance !
6Pitoyable, lamentable. C'est un pauvre type. Quelle pauvre idiote ! Pauvre minable. Pauvre mec ! Pauvre con !
II N. Vieilli ou didact. UN PAUVRE, UNEPAUVRESSE(1788) : personne qui vit de la charité publique. indigent, mendiant. « Une pauvresse [...] vieille et ridée, en haillons » (Balzac). « Une dame secouait son aumônière [...] “Donnez, messieurs, c'est pour les pauvres” » (M. Jacob). Secourir les pauvres ( assistance, aumône, charité, solidarité) . Pour les pauvres de la paroisse, s'il vous plaît ! Donner aux pauvres. nécessiteux. « Si nous avons été presque toujours pauvres, en ce temps, nous n'avons, heureusement, jamais été des pauvres » (Duhamel).
Collect. Le riche et le pauvre. — DU PAUVRE . Le mousseux, c'est le champagne du pauvre, un succédané de champagne, mais moins cher. Les asperges du pauvre : les poireaux. « Le cul est la petite mine d'or du pauvre » (Céline).
♢ LES PAUVRES :les personnes sans ressources, qui ne possèdent rien. ⇒ défavorisé; quart-monde. « Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent » (Sartre). « On ne peut tout de même pas tout leur prendre, aux pauvres » (Prévert, « Les Enfants du paradis », film). Les nouveaux pauvres : les victimes des récentes crises économiques. — Relig. Bienheureux les pauvres en esprit (IV).
⊗ CONTR. Aisé, fortuné, riche. Abondant, copieux, luxuriant.

pauvre adjectif (latin pauper, -eris) Qui a peu de ressources financières, peu de biens : Ses parents étaient trop pauvres pour qu'il fasse des études. Se dit d'un lieu habité par des personnes qui sont, en majorité, dépourvues de biens, de ressources, de richesses : Quartier pauvre. Qui donne l'apparence ou a l'apparence de la pauvreté : La décoration est pauvre. Qui est peu pourvu de quelque chose : Régime pauvre en calories. Qui manque de ses éléments constitutifs essentiels : Son vocabulaire est pauvre. Qui est peu substantiel, ou qui manifeste peu d'idées : Commentaire pauvre. Se dit d'une terre, d'un sol, d'une région qui sont peu fertiles : Sol pauvre. Qui est peu important, sans grande valeur : Elle porte une pauvre petite robe. Qui inspire quelque pitié : Elle eut un pauvre sourire. Indique une certaine commisération à l'égard de personnes qui sont à plaindre pour quelque raison : Mon pauvre mari le disait bien. Familier. Devant certains noms, terme d'injure : Pauvre type. Pauvre idiote.pauvre (citations) adjectif (latin pauper, -eris) Charles Nodier Besançon 1780-Paris 1844 Académie française, 1833 Il faut bien passer quelque vanité aux pauvres gens. C'est le seul dédommagement de leurs misères. La Fée aux miettes Horace, en latin Quintus Horatius Flaccus Venusia, Apulie, 65-Rome ? 8 avant J.-C. L'avare est toujours pauvre : bornez sagement vos désirs. Semper avarus eget : certum voto pete finem. Épîtres, I, II, 55 William Shakespeare Stratford on Avon, Warwickshire, 1564-Stratford on Avon, Warwickshire, 1616 Hélas ! pauvre Yorick. Alas ! poor Yorick. Hamlet, V, 1, Hamletpauvre (difficultés) adjectif (latin pauper, -eris) Construction et sens Pauvre prend des sens différents selon qu'il est placé avant ou après le nom. 1. Avant le nom, pauvre signifie « qui est à plaindre, pitoyable » ou « sans capacité, sans caractère, sans intelligence » : le pauvre homme est gravement malade et il n'est pas bien riche ; c'est un pauvre gars, il s'est laissé entraîner. Il s'emploie également par euphémisme (à la place de feu ou de défunt) devant le nom d'une personne décédée : comme mon pauvre père disait toujours... 2. Après le nom, pauvre signifie « qui n'a que peu de ressources, peu d'argent pour vivre » : c'est une famille pauvre, elle a droit à l'aide sociale. Accord L'adjectif pauvre conserve la même forme aux deux genres (v. ci-après pauvre, n.) : un pauvre homme, une pauvre femme. ● pauvre (expressions) adjectif (latin pauper, -eris) Familier. Pauvre de moi !, que je suis à plaindre ! Art pauvre (en italien arte povera), tendance qui s'est développée à partir de la 2e moitié des années 1960, sous la forme d'assemblages et d'installations faisant appel à des matériaux non artistiques (terre, graisse, métaux bruts, feutre, ciment, tubes au néon, éléments sonores…). [Les Italiens Merz, Giovanni Anselmo (né en 1934), Gilberto Zorio (né en 1944), le Grec Jannis Kounellis (né en 1936) ; s'en rapprochent Beuys en Allemagne, qui a anticipé le mouvement, Sarkis en France, ainsi que des Américains comme R. Morris ou R. Serra (art antiform, process art).] Herbe au pauvre homme, nom usuel de la gratiole. Gaz pauvre, combustible gazeux à faible pouvoir calorifique. Rimes pauvres, rimes ne portant que sur une voyelle. (Exemple mot et flot.) ● pauvre (synonymes) adjectif (latin pauper, -eris) Qui a peu de ressources financières, peu de biens
Synonymes :
- désargenté
- fauché (familier)
- impécunieux (littéraire)
- miséreux
- nécessiteux
Contraires :
- aisé
- fortuné
Qui est peu pourvu de quelque chose
Contraires :
Qui manque de ses éléments constitutifs essentiels
Synonymes :
- sec
Qui est peu substantiel, ou qui manifeste peu d'idées
Synonymes :
- dérisoire
- réduit
Contraires :
- créateur
- débridé
- déhordant
- délirant
- exalté
- exubérant
Se dit d'une terre, d'un sol, d'une région qui sont...
Synonymes :
- stérile
Contraires :
- généreux
Qui est peu important, sans grande valeur
Synonymes :
- misérable
Contraires :
Qui inspire quelque pitié
Synonymes :
Indique une certaine commisération à l'égard de personnes qui sont...
Synonymes :
- infortuné (littéraire)
Contraires :
- émérite
- éminent
- réputé
- supérieur
pauvre nom Le (la), mon (ma) pauvre, se dit de, à une personne pour qui on éprouve de la pitié, de la commisération : Mais ma pauvre, que voulez-vous que j'y fasse !pauvre nom masculin Homme dans le besoin ou, au pluriel, personnes dans le besoin : Secourir les pauvres. (Le féminin est pauvresse.) ● pauvre (difficultés) nom Emploi 1. Pauvre n. = personne qui a peu de biens, de ressources. Un, une pauvre d'esprit. 2. Pauvresse n.f. = femme que son aspect et en particulier ses vêtements désignent comme indigente : « Là sanglotait une pauvresse agenouillée »(A. Gide) ; elle a de l'argent, mais elle est toujours habillée comme une pauvresse. Remarque Pauvresse est du registre soutenu et dit plus que pauvre. ● pauvre (expressions) nom Le (la), mon (ma) pauvre, se dit de, à une personne pour qui on éprouve de la pitié, de la commisération : Mais ma pauvre, que voulez-vous que j'y fasse !pauvre (citations) nom masculin Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 Il n'y a que les pauvres de généreux. Le Bal de Sceaux Léon Bloy Périgueux 1846-Bourg-la-Reine 1917 Le sang du pauvre, c'est l'argent. On en vit et on en meurt depuis des siècles. Il résume expressivement toute souffrance. Le Sang du pauvre Stock Jean Cassou Deusto, près de Bilbao, 1897-Paris 1986 Il n'y a que les pauvres qu'on puisse dépouiller. Le Livre de Lazare Plon Max Jacob Quimper 1876-Drancy 1944 Le pauvre examine le manteau de saint Martin et dit : « Pas de poches ? » Le Cornet à dés Gallimard Félicité de La Mennais Saint-Malo 1782-Paris 1854 Le cri du pauvre monte jusqu'à Dieu mais il n'arrive pas à l'oreille de l'homme. Paroles d'un croyant Félicité de La Mennais Saint-Malo 1782-Paris 1854 Il faut aujourd'hui de l'or, beaucoup d'or, pour jouir du droit de parler ; nous ne sommes pas assez riche. Silence au pauvre. Dans le dernier numéro du journal le Peuple constituant 11 juillet 1848 François, duc de La Rochefoucauld Paris 1613-Paris 1680 Le travail du corps délivre des peines de l'esprit, et c'est ce qui rend les pauvres heureux. Maximes Jean-Baptiste Massillon Hyères 1663-Beauregard-l'Évêque, Puy-de-Dôme, 1742 Académie française, 1719 Tout ce que vous employez au-delà des besoins et des bienséances de votre état est une inhumanité et un vol que vous faites aux pauvres. Sermons, Sur le petit nombre des élus Paul Morand Paris 1888-Paris 1976 Académie française, 1968 Il faut que les pauvres soient si pauvres qu'il ne leur reste plus qu'à se révolter. Le Lion écarlate Gallimard Marcel Pagnol Aubagne 1895-Paris 1974 Tu as vu des femmes qui aiment les pauvres ? Topaze, IV, 4, Topaze Fasquelle Jean Richepin Médéa, Algérie, 1849-Paris 1926 Académie française, 1908 Les poux, c'est les puces du pauvre. Le Pavé Dentu Jean-Paul Sartre Paris 1905-Paris 1980 Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent. Le Diable et le Bon Dieu Gallimard Claude de Trellon vers1560 vers1611 La cour est un théâtre où l'on voit à la fin Le pauvre venir riche et le riche coquin. Le Portrait de la cour Plaute, en latin Maccius (ou Maccus) Plautus Sarsina, Ombrie, vers 254-Rome 184 avant J.-C. La loi ne donne pas les mêmes droits au pauvre qu'au riche. … quando aequa lege pauperi cum divite Non licet… La Cassette, III, 532 Bible Certes, les pauvres ne disparaîtront point de ce pays ; aussi je te donne ce commandement : tu dois ouvrir ta main à ton frère, à celui qui est humilié et pauvre dans ton pays. Ancien Testament, DeutéronomeXV, 11 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». Bible Il n'a point méprisé ni dédaigné la pauvreté du pauvre, ni caché de lui sa face. Ancien Testament, Psaumes XXII, 25 l'Éternel Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». ● pauvre (expressions) nom masculin Avoir ses pauvres, s'occuper, dans un contexte de bonnes œuvres, de quelques familles pauvres. Du pauvre, indique une conception réduite à des éléments appauvris, et destinée à un public non averti : Une philosophie du pauvre. Grand Bureau des pauvres ou Aumône générale, institution parisienne de secours à domicile organisé par les bourgeois (vers 1532-1791). Lois sur les pauvres (poor laws), nom donné en Angleterre à diverses lois d'aide aux pauvres (XVIe-XIXe s.). Nouveaux pauvres, chômeurs ayant épuisé leurs droits, jeunes à la recherche d'un emploi, etc., qui ne disposent plus des ressources minimales nécessaires pour assurer leur subsistance. ● pauvre (synonymes) nom masculin Homme dans le besoin ou, au pluriel, personnes dans le...
Synonymes :
- chemineau (vieux)
- clochard (familier)
- gueux (littéraire)
- trimardeur (vieux)
Contraires :
- crésus
- possédant
- richard (familier)

pauvre
adj. et n.
d1./d Qui n'a pas le nécessaire; qui manque de biens, d'argent. être très pauvre, être pauvre comme Job.
Qui dénote la gêne, le dénuement. Une pauvre demeure.
|| Pauvre de, pauvre en: qui manque de, qui est dépourvu de.
Fam. Pauvre d'esprit.
|| Subst. Personne sans ressources, indigent. Les riches et les pauvres.
d2./d (Choses) Improductif, stérile. Une terre pauvre.
d3./d Qui inspire la compassion. Le pauvre homme!
Subst. Le (la) pauvre!
|| Spécial. (à propos d'une personne décédée.) C'était avant la mort de ce pauvre Paul.
|| Piteux, lamentable. Un pauvre type.

⇒PAUVRE, adj. et subst.
I. —[En fonction d'épith., l'adj. est placé derrière le subst.]
A. —[En parlant d'une pers. ou d'un ensemble de pers.] Dont les ressources sont insuffisantes, qui possède à peine le strict nécessaire pour subvenir à ses besoins, qui a très peu d'argent. Synon. fauché (fam.), nécessiteux, ruiné. Pauvre et misérable; classes pauvres. J'étais si pauvre que, si j'avais dû payer mon billet de chemin de fer pour le Cotentin, je n'y serais certainement pas allé (BILLY, Introïbo, 1939, p.172):
1. De qui le père du médecin tenait-il sa fortune? Était-il propriétaire, ou seulement usufruitier? S'il était riche, qu'on explique sa richesse; s'il était pauvre, comment a-t-il pu subvenir à une dépense si considérable?
PROUDHON, Propriété, 1840, p.235.
[P. allus. au personnage biblique] Pauvre comme Job. Très pauvre. Un jeune étudiant, candide, beau, doué d'une âme artiste et passionnée, mais pauvre comme Job (...) lui conta des douceurs et la mit à mal (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p.12).
Traiter qqn en parent pauvre.
Empl. subst. masc. Personne qui n'a vraiment rien pour vivre, qui est dans la misère. Synon. indigent, misérable, miséreux. Il hésita s'il donnerait dix ou vingt sous, prit entre ses doigts vingt sous, puis les changea pour dix sous quand il vit que le pauvre avait les mains propres, ce qui lui parut indiquer que l'homme avait de l'argent (MONTHERL., Célibataires, 1934, p.855). [Ils] avaient tous (...) signé le document. La tante Torture aussi, stupidement mariée à un pauvre, veuve de ce pauvre et fidèle au souvenir de ce pauvre! Alors, que venait maintenant réclamer cette indigente? (H. BAZIN, Vipère, 1948, p.76).
Rem. Le subst. est plus fort que l'adj.; un pauvre (au fém. une pauvresse) ne vit que de charité.
Empl. subst., au plur. L'ensemble des gens pauvres. Donner aux pauvres; secourir les pauvres; quête pour les pauvres; les pauvres de la paroisse. Dieu a choisi les pauvres pour leur donner en héritage le royaume qu'il a promis à ceux qui l'aiment (Théol. cath. t.4, 1 1920, p.1022). Une bonne femme parlant toujours (...) de ses tricots, de ses éternels tricots pour les pauvres. C'est drôle comme les pauvres ont éternellement besoin de tricots. On dirait qu'ils n'ont besoin que de tricots (ANOUILH, Antig., 1946, p.209):
2. Le grignotement des riches par les pauvres: voilà le type de ces maux dont on ne parle pas! Tout pour les pauvres, toujours! Quand les trois quarts des pauvres sont pauvres parce qu'ils le veulent bien!
MONTHERL., op.cit., p.864.
Nouveaux pauvres. V. nouveau.
Pauvres honteux. Personnes indigentes qui n'osent pas mendier. [Les mendiants] sont des fainéants, mais il y a les pauvres honteux, et ceux-là sont à plaindre. Il y en a partout; ils se cachent, et ils souffrent plutôt que de demander (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p.290). V. honteux ex. de Balzac.
(Bienheureux les) pauvres en esprit. J'ai surtout relu l'Évangile, en priant Dieu avec ardeur de me donner la soumission des pauvres en esprit (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p.16).
Petites soeurs des pauvres. [Nom d'une congrégation religieuse] Je croise (...) un carrosse de harem fermé comme un cercueil, quatre persans coiffés d'astrakan, deux pompes à incendie qui galopent (...) trois derviches, un évêque bulgare, deux petites soeurs des pauvres (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p.15).
[Précédé d'un adj. poss.] Personnes indigentes prises en charge par quelqu'un. Avoir ses pauvres. Pardon!... qu'il nous demande... c'était pour mes petits pauvres... pour mes aveugles! pour mes petits-sourds-et-muets... Il supplie qu'on le laisse quêter (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p.529).
Empl. générique. Assurer du travail au pauvre. J'aime à voir glaner le pauvre. Laissez-lui quelques épis de plus. Laissez à l'indigent une part des moissons (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1823, p. 126) :
3. Dans la lutte éternelle que la société amène entre le pauvre et le riche (...), il y a deux observations à faire: la première est que leurs actions, leurs discours sont évalués à des mesures différentes, à des poids différents...
CHAMFORT, Max. et pens., 1794, p.79.
Rem. On trouve dans la lang. littér. des ex. où l'adj. est antéposé: Il n'y a que les pauvres gens qui donnent, parce que l'habitude du besoin leur a enseigné la pitié (NODIER, Fée Miettes, 1831, p.160).
P. méton.
♦[En parlant d'un lieu] Qui est habité, occupé par des personnes sans ressources, sans revenus. Il m'est arrivé, dans les quartiers pauvres de Paris, de voir soudain, descendu dans la rue, séparé par des agents intervenus dans la bataille, un ménage qu'on croyait heureux, uni, honnête (ALAIN-FOURNIER, Meaulnes, 1913, p.294).
♦[En parlant d'un pays] Dont la situation financière ou économique n'est pas prospère. Synon. sous-développé. Il est devenu banal de classer les pays selon l'importance décroissante de leurs revenus nationaux par tête. Les écarts entre les pays les plus pauvres et les pays les plus riches peuvent alors s'étager de 1 à 20, 30 ou 40 (Univers écon. et soc., 1960, p.8-2).
B. —[En parlant d'une réalité concr.]
1. Qui n'a pas de valeur, qui a peu de valeur, de prix, qui dénote des ressources très modestes. [La chambre] était une espèce de galetas assez spacieux meublé d'un matelas posé à terre, d'une table et de quelques chaises (...). Le réverbère du boulevard éclairait vaguement cet intérieur pauvre (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.522). Au bout d'un long mur il avisait une maison pauvre: deux fenêtres en haut, une fenêtre en bas et la porte (JOUVE, Paulina, 1925, p.254). Quelque modeste que soit un vêtement, quelque pauvre que soit une toilette, si le linge d'une personne est en bon état, s'il est d'une irréprochable propreté, cette personne est de mise convenable (Lar. mén. 1926, p.752).
2. Qui est insuffisant, en quantité trop faible. Dieu peut vous rendre plus que vous n'avez perdu; nos biens sont fort pauvres en comparaison de ses richesses (COTTIN, Mathilde, t.2, 1805, p.300). Bien des femmes pensaient à un Bonaparte en le voyant [M. Barrès] tel que je le peignis à vingt-cinq ans, les cheveux pauvres et plats, la peau olivâtre, maigre, en veste grise (BLANCHE, Modèles, 1928, p.3). L'étroite fenêtre ne laisse passer qu'une lumière pauvre, encore assombrie par les sapins proches (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1362).
3. Qui contient, qui renferme une faible quantité d'éléments d'une seule sorte ou de plusieurs. Minerai pauvre. Mangée de chlorose, trop grande pour ses douze ans, elle avait la laideur molle et bouffie, les cheveux rares et décolorés de son sang pauvre (ZOLA, Terre, 1887, p.50). V. intra-muros ex. de Macaigne.
Pauvre en + subst. Qui n'a guère de. Sol pauvre en humus; roches pauvres en alcalis; crâne pauvre en cheveux. Il existe 73 000 écoles élémentaires publiques, qui sont habituellement très pauvres en livres (Civilis. écr., 1939, p.46-7). L'Espagne était pauvre en refuges; je craignais, en face de la panne menaçante, de ne pas savoir où chercher l'accueil d'un champ de secours (SAINT-EXUP., Terres hommes, 1939, p.143). Les viandes sont très pauvres en calcium, mais elles sont riches en phosphore (LALANNE, Alim. hum., 1942, p.70).
Pauvre de + subst. Il restait replié sur lui-même, encore trop pauvre de sang pour se dépenser au dehors (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p.1330). Devant les organismes patronaux, les syndicats de salariés sont pauvres de ressources, mais aussi d'hommes (REYNAUD, Syndic. en Fr., 1963, p.131).
Spécialement
AGRIC. [En parlant du sol] Peu fertile, qui donne peu. Terrain, zone pauvre. Les montagnes peu élevées d'abord que nous traversons sont entièrement nues et presque désertes. Le sol en général est pauvre et stérile (LAMART., Voy. Orient, t.2, 1835, p.196). Usure des terres pauvres par la monoculture du pin (Forêt fr., 1955, p.8).
CHIM. et INDUSTR. CHIM.
Gaz pauvre. Mélange gazeux obtenu en brûlant du carbone en présence d'air, de manière à former de l'oxyde de carbone, de formule CO (d'apr. Encyclop.Sc. Techn. t.2 1970, p.653). Synon. gaz à l'air. Moteur à gaz pauvre. On donne le nom de gaz pauvre au gaz obtenu par la combustion du charbon en présence d'un gros excès de combustible (...). Le gaz pauvre contient (...) théoriquement un tiers d'oxyde de carbone et deux tiers d'azote (DUPONT, Bois carburant, 1941, p.48):
4. Carburant national (...), le «gaz des forêts» (c'est-à-dire le gaz pauvre produit par des gazogènes à bois ou à charbon de bois) va tenir une grande place parmi les carburants de remplacement.
TINARD, Automob., 1951, p.359.
Mélange pauvre. ,,Mélange gazeux qui contient une quantité insuffisante de vapeurs inflammables`` (SOÉ-DUP. 1906).
GÉOL. [En parlant de couches minérales] Qui contient peu d'éléments exploitables. Gisement, filon pauvre. Différentes couches (...), localement bien distinctes et séparées par des intercalaires stériles ou pauvres, peuvent être jointives à certains endroits (D.C.F.G. 1976).
C.Au fig.
1. Peu fourni, dont le contenu est insuffisant. Son stock de citations latines était assez pauvre, suffisant d'ailleurs pour émerveiller ses élèves (PROUST, Sodome, 1922, p.1072). [Le paysan] pense peu et mal dans la pensée articulée, où son vocabulaire est pauvre (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.85):
5. Elle eût voulu dire, expliquer tout ce qu'il avait fait, l'appui qu'elle avait trouvé en lui, mais ces choses-là ne s'expliquent pas ainsi tout d'un coup. Les mots sont trop pauvres, elle ne trouvait rien que des phrases banales, des répétitions dont elle sentait elle-même le vide...
VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p.244.
Langue pauvre. Langue dans laquelle les mots nécessaires à l'expression des nuances de sens font défaut. On a souvent accusé notre langue d'être pauvre et l'on a tort: une langue n'est pas riche par la quantité de mots dont elle se compose mais par la quantité d'expressions créées qui se trouvent dans ses écrivains (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1815, p.79).
Pauvre en + subst. Une preuve d'aveuglement des gens qui, contre tout bon sens et contre toute raison, préfèrent tout à l'aveu de l'iniquité commise, est livrée par la polémique, bien pauvre en idées, du poète François Coppée (Affaire Dreyfus, 1899, p.243).
Pauvre de + subst. Explication pauvre de logique. Ce que vous sentez maintenant, c'est le seringa, dont l'arôme est enivrant. Il commence à peine de fleurir. Il fait penser à l'oranger. Nous sommes si pauvres de mots pour parler des parfums! (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.100).
Empl. subst. [En parlant d'une pers.] Un, une pauvre d'esprit. Personne qui ne jouit pas de toutes ses facultés intellectuelles. Il n'est pas de feuilleton, si fade ou si coriace qui ne soit avalé jusqu'à la dernière tranche par quelque pauvre d'esprit affamé de grosse littérature (A. FRANCE, Vie littér., 1892, p.318):
6. ... il parabolait «heureux les pauvres d'esprit, ceux qui ne cherchent pas à comprendre, ils travailleront dur, ils recevront des coups de pieds au cul, ils feront des heures supplémentaires qui leur seront comptées plus tard dans le royaume de mon père».
PRÉVERT, Paroles, 1946, p.35.
2. [En parlant d'une manifestation de l'activité intellectuelle ou artist.] Qui offre, qui présente peu de matière, peu de possibilités de développement, qui dénote un manque de qualités intellectuelles ou artistiques. Conversation, pensée pauvre. Il arrive souvent qu'un morceau pauvre en lui-même, mais exécuté par une jeune fille sous l'empire d'un sentiment profond, fasse plus d'impression qu'une grande ouverture pompeusement dite par un orchestre habile (BALZAC, U. Mirouët, 1841, p.151):
7. Pour résumer mon père d'un mot, c'était un Rezeau statique. Plus d'esprit que d'intelligence. Plus de finesse que de profondeur. Grandes lectures et courtes réflexions. Beaucoup de connaissances, peu d'idées. Le sectarisme des jugements pauvres lui tenait quelquefois lieu de volonté.
H. BAZIN, Vipère, 1948, p.38.
Rime pauvre. Rime ne portant que sur la dernière voyelle. La rime du vers français est dite (...) pauvre si elle ne comporte que la répétition d'un élément vocalique finale (déjà —voilà) (MAR. Lex. 1933, p.162).
II. —[En fonction d'épith., l'adj. est placé avant le subst.]
A. —Qui inspire de la pitié, de la commisération. Pauvre homme; pauvre monde. Une femme, qui pleurait à chaudes larmes la mort de Louis XVI, me disait: «Mais, cher monsieur, est-il vrai que le pauvre roi était vêtu d'une redingote, quand on lui coupa la tête?» (CHATEAUBR., Mém., t.1, 1848, p.524). Il arrivait (...) que Jean Valjean lui prenait sa petite main rouge et crevassée d'engelures et la baisait. La pauvre enfant, accoutumée à être battue, ne savait ce que cela voulait dire (HUGO, Misér., t.1, 1862, p.526):
8. Elle vous plaît? dit Claudie avec un petit rire canaille quand les deux femmes se furent éloignées. Si le coeur vous en dit, vous pouvez y aller: elle n'est pas très regardante, la pauvre gosse. —Pourquoi pauvre? —Lucie n'est pas facile à vivre; vous savez, les femmes qui en ont bavé trop longtemps avant de réussir, généralement c'est pas des tendres.
BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p.270.
Pauvre diable, pauvre hère.
Empl. subst. [Exclam. ou en incise, marquant une pitié, un attendrissement feint ou réel du locuteur à l'égard de celui ou de celle dont il parle] Le pauvre, la pauvre; oh, le pauvre! Il est vrai que le beau Léon était un peu jaloux de moi parce qu'il croyait que je lui avais soufflé une danseuse, le pauvre, et nous nous en étions expliqué en riant (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p.188):
9. Mon dieu, que je suis malheureuse!... Il lisait des livres, monsieur, que rien que les titres, ça me donnait du respect pour mon garçon... La pauvre! Elle revint la semaine d'après. Il était affreusement changé, le bas du corps paralysé...
BENJAMIN, Gaspard, 1915, p.99.
Loc. interj. Pauvre de moi, de nous (etc.)! Gondran (...) le regarde et boit ses étranges paroles. —Tu t'imagines de tout voir, toi, avec tes pauvres yeux? (...) Tu crois, toi, que les arbres c'est tout droit planté dans la terre, avec des feuilles, et que ça reste là, comme ça. Ah, pauvre de moi, si c'était ça, ce serait facile (GIONO, Colline, 1929, p.33).
B. —1. Qui est en mauvais, en piteux état, ou de qualité médiocre. Pauvre caleçon; pauvre logis; pauvres souliers crevés; pauvres bras, pauvres yeux. Va voir le pauvre jardin! Les poules n'y laissent pas une graine (RENARD, Journal, 1900, p.577). C'était une pièce banale, assez grande, avec de pauvres rideaux blancs à ses fenêtres nues (G. LEROUX, Parfum, 1908, p.17). Sa pauvre main crevassée par l'hiver, tachée de noir (il badigeonnait d'encre ses gerçures) fit le geste d'effacer (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p.1466).
2. De peu de valeur. Vous pourriez empêcher la dissipation de mes biens... de mes pauvres biens (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p.605). V. londrès ex. de Miomandre:
10. ... il ne nous resta rien. Les pauvres bijoux de ma mère, légers d'or et peu fournis de diamants et de perles, la vieille argenterie de famille toute bossuée et dépareillée (...) tout fut mis en gage...
A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p.155.
C.Au fig.
1. De peu d'importance; insignifiant, faible. Pauvre argument, comparaison; des pauvres petits soucis quotidiens. Ces quatorze pauvres kilomètres d'air respirable qui environnent la planète (BOURGET, Disciple, 1889, p.175). Ces pauvres petits succès d'écolier bien noté étaient, pour son imagination d'adolescent, des triomphes d'imperator romain (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p.53):
11. ... elle est bien jolie ce soir! Gérard gardait le silence. —N'est-ce pas votre avis? continua-t-elle en insistant. —Elle est très-fraîche, répondit-il d'un air indifférent. — Fraîche!... c'est un pauvre compliment que vous lui faites là... Elle a de jolis yeux, de beaux cheveux.
THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p.85.
2. Qui est triste, pénible. Pauvre aveu, histoire. M. Malvy a dit à la Chambre dans la pauvre séance du 4 octobre: —Toute la Chambre sait (...) quelles sont les responsabilités qui ont pesé sur ce mouvement (les incidents militaires de mai-juin 1917) (BARRÈS, Cahiers, t.11, 1917, p.283). Pendant des années, j'avais rêvé de ce fils inconnu. Au long de ma pauvre vie, je n'avais jamais perdu le sentiment de son existence (MAURIAC, Noeud vip., 1932, p.231):
12. Henriette, nous devions annoncer nos fiançailles à la Noël, n'est-ce pas? Vous voyez, je me souviens!... Eh bien! Je ne me rappelle pas les mots, naturellement, mais cette pauvre date du vingt-cinq décembre, que nous avions aimée ensemble...
BERNSTEIN, Secret, 1913, II, 10, p.26.
D.Familier
1. [Souvent précédé d'un adj. poss. marquant la pitié, l'amitié ou une tendresse réelle ou feinte] Mon pauvre chou, ma pauvre petite, mon pauvre gars; la pauvre bête. Ce n'est pas le bon chemin, ma pauvre dame, ici ça ne mène nulle part (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p.18). Tu peux être content de toi, mon pauvre ami. Ton père a l'air fin devant ces Pluvignec, à qui tu as confié le soin de contrôler ses abus de pouvoir! (H. BAZIN, Vipère, 1948, p.216):
13. ... quand vous éprouvez le besoin de me dire quelque chose de finement désagréable, vous ne pouvez imaginer comme je le sens bien. —Alors, ma pauvre amie, vous faites fausse route. Vous ne serez pas Cordelia parce que nous ne jouerons pas Le Roi Lear, tout simplement.
DUHAMEL, Suzanne, 1941, p.34.
En partic. [En parlant d'une pers. défunte] Je prends soin du jardin de M. Muller, dit le jardinier; et, si vous venez au printemps, vous verrez qu'il n'a jamais été plus beau. Le pauvre cher homme, s'il revenait, je suis sûr qu'il serait content (KARR, Sous tilleuls, 1832, p.256). Si tu voulais renoncer purement et simplement à la succession de ta pauvre chère mère défunte, et t'en rapporter à moi pour l'avenir, j'aimerais mieux ça (BALZAC, E. Grandet, 1834, p.220). Mme Loiseau expliqua qu'elle avait rêvé d'une salle à manger de chêne clair (...) et elle avait fini par l'avoir quand ils s'étaient installés ici, son pauvre mari n'en avait pas profité longtemps (TRIOLET, Prem. accroc, 1945 p.211).
2. [Marque le dédain, le mépris] Pauvre andouille; mon pauvre ami! Le cher frère Arcangeli ne donnait rien en réponse à ses plaintes (...) et Christiane enfin, de qui même, la pauvre sotte avait espéré du secours, s'obstinait à rester invisible, et sa chambre fermée à tous (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.257). De braves gens, disiez-vous, oui, braves comme ceux qui se sont fait tuer à la guerre, n'est-ce pas? Tranchons-en, des héros: beaucoup de malheureux et quelques pauvres imbéciles (BRETON, Nadja, 1928, p.66).
[En parlant d'un auteur, d'un artiste] Piètre, mauvais dans son genre. Pauvre écrivain. L'Allemand Offenbach (...) avait du génie, mais était un bien pauvre musicien (SAINT-SAËNS, Germanophilie, 1916, p.39). Ces gens si difficiles, pour qui H. de Balzac est un pauvre scribouilleur, quand ils écrivent à leur tour, se montrent au-dessous de toute critique, et en les lisant nous nous sentons rassurés (LARBAUD, Journal, 1934, p.300).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1050 «qui est nécessiteux, qui manque de biens matériels nécessaires» (Alexis, éd. Chr. Storey, 527); 2. a) ca 1050 (d'une chose) «digne d'un pauvre, d'un misérable» (ibid., 419); b) 1176-81 «qui n'a pas de valeur ni de force, piètre, pitoyable» (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier lion, éd. M. Roques, 3174); 1188 «de peu de valeur ou de peu d'importance» (AIMONT DE VARENNES, Florimont, 4094 ds T.-L.); 1549 langue [...] pauvre (DU BELLAY, Deffence et illustration, éd. H. Chamard, p.84, l. 8); 1615 rime [...] pauvre (Th. SEBILLET, Art poétique, éd. F. Gaiffe, p.66); 1690 ouvrage pauvre (FUR.); 3. 1190 povre de «qui manque de» (HERMAN DE VALENCIENNES, Bible de Sapience, 224 ds BARTSCH Chrestomathie, 23, p.76); 1671 pauvre en «qui manque de, a peu de» (POMEY); 4. a) XVes. [mss] «(d'une personne) qui fait pitié» (Combat de trente Bretons ds BARTSCH Chrestomathie, 83, p.37); b) 1461-69 par affaiblissement avec une valeur affective un peu condescendante (Farce de Maistre Pathelin, éd. R. T. Holbrook, 679: le povre homme!); c) ca 1485 id. avec une valeur dépréc. (Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 42124: povres meschans). B. Subst. 1. ca 1050 «personne nécessiteuse» (Alexis, éd. Chr. Storey, 94); 2. a)1553 les povres d'esprit (Bible de l'imprimerie Jean Gérard, Matth. 5, 3); 1560 les povres en esprit (Bible de l'imprimerie d'Antoine Rebul, Matth. 5, 3); b) 1690 (FUR.: On appelle aussi un pauvre d'esprit, un imbecille qui manque de jugement, de vivacité pour comprendre les choses). Du lat. pauper, -eris «pauvre». La forme pauvre, fruit d'une restitution étymol. de la graph. au (Alexandre, ms. Poitiers, 215 179 [après 1480] éd. E. Fleischmann, dactyl. Strasbourg, 1958, p.6, l. 8), a supplanté povre au XVIes.; H. ESTIENNE en 1579 (Precellence du Langage, éd. E. Huguet, p.204, 209 etc.) cite encore povre comme la forme normale alors que la forme pauvre était pourtant généralisée chez les auteurs de la Pléiade, très courante chez Rabelais (p.ex. ds Gargantua, éd. R. Calder et M. A. Screech, une seule fois la forme de l'Ouest pouvre XXXII, 64, p.204 à côté de pauvre généralisé), les éd. de l'oeuvre de Du Fail attestant aussi cette évolution (Propos Rustiques, éd. J. Assézat selon éd. de 1547 donne presque toujours la forme povre et Contes et Discours d'Eutrapel, selon l'éd. de 1585 donne toujours la forme pauvre, dans les passages dépouillés pour l'IGLF). Fréq. abs. littér.:29903. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 45164, b) 59372; XXes.: a) 42125, b) 31486. Bbg. DUB. Pol. 1962, p.370. — QUEM. DDL t.13, 17.

pauvre [povʀ] adj. et n.
ÉTYM. XVIe; povre (adj. et n.), 1050; du lat. pauper.
A
1 a Adj. (épithète après le nom). Qui manque du nécessaire ou n'a que le strict nécessaire; qui n'a pas suffisamment d'argent pour subvenir à ses besoins. Besogneux, fauché (fam.), impécunieux, indigent (cit. 2), marmiteux (vx), nécessiteux, panné (fam.); → Acquisition, cit. 1; boue, cit. 6; haine, cit. 20; marier, cit. 16; misérable, cit. 13. || Être pauvre. Pauvreté. Cf. Être dans le besoin, n'avoir pas un centime, pas un sou vaillant, pas un rouge liard (vx), pas un radis, pas un rond (fam.)…, être sans un (fam.); être raide (fam.); avoir la bourse vide; tirer le diable par la queue. || Ceux qui viennent au monde pauvres et nus (→ Désespérer, cit. 22). || Devenu pauvre. Appauvri, ruiné.Très pauvre, pauvre comme Job (→ Aristocrate, cit. 1). Indigent, misérable, miséreux; famélique. || Une fille pauvre et honnête (→ Dot, cit. 6). (Vx ou iron.). || Pauvre mais honnête. || Enfant pauvre (→ Examiner, cit. 6). || L'avare (cit. 19) pauvre et l'avare riche. || Des artistes pauvres (→ Exprimer, cit. 43). || Gens riches et gens pauvres (→ Caste, cit. 2). — ☑ Loc. Parents pauvres.Famille pauvre. || Une maison pauvre, mais antique (→ Arme, cit. 18).Allus. littér. || Le Roman d'un jeune homme pauvre, d'Octave Feuillet. || La Femme pauvre, roman de Léon Bloy.
1 Pauvre je suis de ma jeunesse,
De pauvre et de petite extrace (…)
(…) Pauvreté tous nous suit et trace.
Villon, le Testament, XXXV.
2 Comme eux vous fûtes pauvre, et comme eux orphelin.
Racine, Athalie, IV, 3.
3 Le pauvre. Je suis un pauvre homme, Monsieur (…)
Molière, Dom Juan, III, 2.
4 Qui n'est pas capable d'être pauvre n'est pas capable d'être libre.
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, « L'esprit, Tas de pierres », II.
5 Ni la beauté, ni la grâce, ni la bonté, ni l'esprit, ni la vertu ne faisant oublier qu'on est pauvre, Anna ne devait connaître qu'un reflet lointain de l'amour (…)
Gide, Si le grain ne meurt, I, I, p. 31.
6 Il se doutait bien que l'étudiant était pauvre. Mais il ne méprisait les pauvres qu'à partir d'un certain âge, et encore sous bénéfice d'inventaire.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, VII, p. 104.
REM. Lorsque pauvre, épithète, est placé avant le substantif, l'idée d'indigence s'accompagne d'une nuance de commisération (→ ci-dessous, B., 1.). || Pauvres gens (→ Obscur, cit. 17). || « Un pauvre bûcheron (cit. 2)… ». — ☑ Loc. Pauvre hère (cit. 2).Pauvres diables (cit. 38). || Ayez pitié d'un pauvre aveugle. — ☑ Loc. fam. Le pauvre monde. || Dépouiller le pauvre monde (→ 2. Caler, cit. 6; justice, cit. 25).Être de pauvre extraction (→ Noble, cit. 25).
b N. m. || Un pauvre : celui qui manque du nécessaire, qui est dans le besoin ou dans la misère.
REM. Comme l'adjectif, le substantif, moins fréquent en français moderne (où l'on emploie divers euphémismes : économiquement faible, etc.) a changé de connotations au cours du temps. L'emploi substantif est plus fort que l'adjectif : il comporte souvent l'idée de misère, d'indigence (→ ci-dessous, cit. 15). Cependant, l'expression les nouveaux pauvres, désignant les victimes des récentes crises économiques, est usuelle depuis 1984.
Clochard, gueux, indigent (cit. 4), malheureux (spécialt), mendiant (cit. 4), mendigot, meurt-de-faim, misérable, pouilleux, purotin, va-nu-pieds. || Les pauvres : les personnes sans ressources, qui ne possèdent rien. aussi Prolétaire; → Inégalité, cit. 5.Le pauvre et le riche; les pauvres et les riches (→ Aristocratique, cit. 2; convoiter, cit. 6; égalité, cit. 10; exploiter, cit. 13; filoutage, cit. 2; leçon, cit. 15; naturaliser, cit. 4). || « Le pauvre par l'espoir (cit. 7) allège sa souffrance » (Ronsard). || « Le pauvre en sa cabane… » (→ 1. Loi, cit. 34, Malherbe).Donner aux pauvres; secourir les pauvres. Aumône (cit. 1, 3 et 5), charité (→ 2. Bien, cit. 1 et 2; mendicité, cit. 1; offrande, cit. 4).« Qui donne (cit. 10) aux pauvres prête à Dieu ». || Collecte (cit. 1), quête pour les pauvres. || Œuvre de secours aux pauvres. || Pour les pauvres de la paroisse, s'il vous plaît ! || Les pauvres de qqn, ceux qu'il secourt (cit. 11).Un pauvre honteux (cit. 18).Littér. || La mort des pauvres (poème de Baudelaire).
7 Sur l'éminente dignité des pauvres dans l'Église.
Bossuet, (Titre du) Sermon dimanche Septuagésime, févr. 1659.
8 Le pauvre n'a pas besoin d'éducation; celle de son état est forcée, il n'en saurait avoir d'autre; au contraire, l'éducation que le riche reçoit de son état est celle qui convient le moins et pour lui-même et pour la société.
Rousseau, Émile, I.
9 Monsieur le marquis, il faut que vous donniez quelque chose. Le marquis se retourna et répondit sèchement : — Monseigneur, j'ai mes pauvres. — Donnez-les-moi, dit l'évêque.
Hugo, les Misérables, I, I, IV.
10 Pauvre par la dureté de sa famille, il eut les misères morales, les vices du pauvre, par-dessus les vices du riche.
Michelet, Hist. de la Révolution franç., I, II.
11 (…) le pauvre, pris en général, est bien plus philosophe que le riche, en ce qu'il montre une résignation plus prompte et plus gaie à ce qu'il considère comme un mal irrémédiable ou une perte irréparable.
Baudelaire, les Paradis artificiels, « Mangeur d'opium », III.
12 Elles quittaient un soir le monde, un matin les mouches, visitaient les pauvres, fréquentaient les églises.
Ed. et J. de Goncourt, la Femme au XVIIIe siècle, t. II, p. 174.
13 Le perron de la mairie était plein de pauvres. Une dame secouait son aumônière devant les redingotes qui sortaient : « Donnez, messieurs, c'est pour les pauvres » et les mains laissaient tomber des pièces de toutes les couleurs métalliques.
Max Jacob, le Cornet à dés, p. 90.
14 (…) la Révolution s'est toujours faite avec les pauvres, bien que les pauvres en aient rarement tiré grand profit. La contre-révolution se fera toujours contre eux (…) La Société s'accommode assez bien de ses pauvres, aussi longtemps qu'elle peut absorber les malcontents soit dans les hôpitaux, soit dans les prisons.
Bernanos, les Grands Cimetières sous la lune, p. 202.
15 Dans la pauvreté, nous avons été bien souvent jusqu'à l'adjectif; nous ne sommes jamais tombés au substantif. J'entends que si nous avons été presque toujours pauvres, en ce temps, nous n'avons, heureusement, jamais été des pauvres.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, II, V.
16 La tare du monde moderne n'est pas tant qu'il y ait des riches qui le sont à l'excès à côté de pauvres qui le sont à l'excès eux aussi : c'est que la hiérarchie sociale et morale qui résulte de cette différence soit reconnue par les pauvres eux-mêmes, que, pour reprendre, en la modifiant, la formule antique, l'argent seul ait valeur d'estime.
Daniel-Rops, Ce qui meurt…, p. 190.
17 Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent.
Sartre, le Diable et le Bon Dieu, I, 1.
Relig. Bienheureux les pauvres en esprit, ceux qui aiment la pauvreté. Esprit (IV., 1.).REM. Souvent compris au sens fig., ci-dessous 3.
2 (Choses). Qui a l'apparence de la pauvreté, annonce la pauvreté… || Pauvre maison (cit. 2; → Déployer, cit. 3; isolé, cit. 3; moellon, cit. 1). || Le logis était bien pauvre. Minable, miteux (fam.). → Cordial, cit. 7. || Ce qu'il y avait de pauvre et de triste dans ces hardes (cit. 7) usées. Râpé.
3 (Personnes). || Pauvre de… a Qui a très peu de… Dénué, dépourvu, privé. Vx. || « Pauvre… de cinq cent mille livres » (La Bruyère, I, 261).
b Mod. || Pauvres de talent et de ressources (Diderot, in Littré).Fam. Pauvre d'esprit (→ Obstination, cit. 4).
18 Je plains le temps de ma jeunesse (…)
(…) Allé s'en est, et je demeure,
Pauvre de sens et de savoir (…)
Villon, le Testament, XXIII.
(Choses). || Pauvre en… : qui a peu de… || Un raisonnement pauvre en arguments.
19 La brigade trouvait le village pauvre en estaminets et en belles filles.
A. Maurois, les Silences du colonel Bramble, XI.
4 (Choses). En épithète, avant ou après le nom. Qui est insuffisant, fournit ou produit trop peu. || Terre pauvre : dont les ressources sont insuffisantes. Aride, maigre, stérile (→ Glèbe, cit. 2). || Pays, région pauvre, trop pauvre pour nourrir ses habitants. || La pauvre et dure Bretagne (→ Ardoisière, cit.).Pauvre récolte; pauvre revenu. Chétif, modeste. || Minerai pauvre; gisement, filon pauvre.
20 (…) le Perche, de l'autre côté du Loir, était un pays pauvre, de maigre culture, presque sans blé, dont les habitants venaient se louer pour la moisson, à Cloyes, à Châteaudun, à Bonneval (…)
Zola, la Terre, II, V.
21 Il venait de l'intérieur, à travers des rideaux épais, une lumière pauvre.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XIX, p. 218.
Fig. || La mythologie (cit. 1) romaine est pauvre, plus pauvre que la grecque. || Vocabulaire pauvre (→ Accent, cit. 5; embarrasser, cit. 22). || Langue pauvre (→ Enrichir, cit. 9; moderne, cit. 7). || Style banal et pauvre. Plat.Rime pauvre.
22 « Langue un peu pauvre », disait cet excellent Heredia à qui je présentai mon premier livre, et qui s'étonnait de n'y trouver pas plus d'images.
Gide, Journal, Feuillets, 1911.
(Abstrait). Insuffisant; médiocre; faible. || Un bonheur imparfait, pauvre et relatif (→ Heureux, cit. 36). || De bien pauvres sentiments. Mesquin. → Incapable, cit. 7.
B (Avant le n., en épithète).
1 (V. 1350; épithète, avant le n.). Qui inspire de la pitié, de la commisération. Malheureux, déplorable, pitoyable; plaindre (à plaindre); → Avantager, cit. 4; effondrement, cit. 4. || Un pauvre malheureux. || Pauvre bougre (→ Capitulation, cit. 3). || Le pauvre garçon (cit. 13), le pauvre gars (→ Lanterne, cit. 10; maladif, cit. 1). || Ce pauvre type n'a pas eu de chance. || Elle était désespérée, la pauvre dame (→ Bêler, cit. 3). || Un pauvre avorton (cit. 1). || Le pauvre vieux (→ Méchamment, cit.). || Pauvre petite femme ! (→ Insensible, cit. 8). || Le pauvre chou (→ Morfondre, cit. 3). || Pauvre petite (→ Jouer, cit. 18; lenteur, cit. 3).Poét. || « Les morts (3. Mort, cit. 8), les pauvres morts ont de grandes douleurs ». || « Ma pauvre muse… » (cit. 8 et 10).Allus. littéraire :
23 — Et Tartuffe ? — Tartuffe ? Il se porte à merveille,
Gros et gras, le teint frais, et la bouche vermeille.
— Le pauvre homme !
Molière, Tartuffe, I, 4.
24 On venait de citer quelques traits de la gourmandise de plusieurs souverains. « Que voulez-vous, dit le bonhomme M. de Brequigny, que voulez-vous que fassent ces pauvres rois ? Il faut bien qu'ils mangent. »
Chamfort, Caractères et Anecdotes, « Pauvres rois ».
Le pauvre animal, la pauvre bête (→ Assommer, cit. 2; atteler, cit. 2; méfait, cit.).
Son pauvre corps (→ Agiter, cit. 4). || Ses pauvres mains (→ Agonisant, cit. 2; durcir, cit. 1). || Son pauvre petit cœur (→ Chamade, cit. 2). || Un pauvre sourire : un sourire triste. || La pauvre espèce humaine (→ Iman, cit. 1).Un pauvre journal d'opinion (→ Devoir, cit. 3).Pauvre France !
24.1 Nous sommes bien bas ! Pauvre France ! Où allons-nous ? C'est un fait sans précédents ! Avant longtemps il y aura du nouveau. C'est la fin de la République.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 630.
Spécialt, en parlant d'un défunt, d'un mort (souvent précédé du dém. ou du possessif).
25 Quand j'ai perdu ma pauvre défunte, j'allais dans les champs pour être tout seul (…)
Flaubert, Mme Bovary, I, III.
26 Il ne put pourtant pas se consoler de la mort de sa femme, mais pendant les deux années qu'il lui survécut, il disait à mon grand-père : « C'est drôle, je pense très souvent à ma pauvre femme, mais je ne peux y penser beaucoup à la fois. »
Proust, À la recherche du temps perdu, t. I, p. 27.
27 Quand nous disons : « Ce pauvre Untel », tout le monde comprend qu'il est passé de vie à trépas.
A. Hermant, la Chronique de Lancelot, II, p. 345.
(En s'adressant à qqn). || Mon pauvre ami, mon pauvre petit (→ Oison, cit.). || Ma pauvre chérie (→ Monter, cit. 29). || Ma pauvre Lucie… (→ Ça, cit. 2). || Mon pauvre vieux, tu n'as pas de chance (exprimant la condescendance). || Mais enfin, mon pauvre ami, ce n'est pas difficile à comprendre.
28 Pauvres maris ! voilà comme on vous traite.
Molière, George Dandin, III, 5.
29 Et dans la paix et le silence susurrant, les douces appellations continuaient longtemps en une espèce de triste mélopée, où un cœur brisé semblait pleurer. Et sans cesse revenait le mot « pauvre », ce mot que les mères et les amantes de la misérable Bohême, toujours peureuses de l'avenir des créatures aimées par elles, accolent perpétuellement à la caresse des diminutifs.
Ed. de Goncourt, les Frères Zemganno, XIII.
Pauvre, employé en s'adressant à un interlocuteur que l'on espère voir compatir à son propre sort. « Il semble que dans un mouvement de sympathie qui demande la réciprocité…, on donne à autrui sa part du fardeau dont on est chargé », Damourette et Pichon, §516.
30 Mon pauvre papa, ne me donnez pas le fouet.
Molière, le Malade imaginaire, II, 8.
31 Vous avez remarqué que, lorsqu'on est très malheureux, on parle aux autres hommes en leur disant « mon pauvre ami », ou « mon pauvre monsieur », comme s'ils étaient eux-mêmes à plaindre.
G. Duhamel, Récits des temps de guerre, II, Amours du ponceau.
Loc. Pauvre de moi ! : pauvre que je suis !REM. Il s'agit probablement du de que l'on rencontre dans les tours : ce que c'est de nous; ce que c'est que de nous.
32 Pauvre de moi ! disait-il. Maintenant, je n'ai plus qu'à mourir (…) Le moulin est déshonoré.
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, Secret de Maître Cornille.
33 Pauvre d'eux ! Pauvre de nous tous !
G. Duhamel, in « Revue de Paris », juil. 1949, p. 17.
Subst. || Le pauvre, la pauvre. || Le pauvre n'a pas eu de chance ! (Au fém.). || Oh, la pauvre ! || Mon pauvre, ma pauvre, exprime la commisération.
2 Lamentable et méprisable.Un pauvre sire, un pauvre homme : un homme sans mérite, sans volonté ni énergie.Pitoyable, lamentable. || C'est un pauvre type, un pauvre idiot. || Pauvres fous que nous sommes… (→ Douleur, cit. 15). || Pauvre bête ! (→ Astrologue, cit. 1). || Pauvre ignorant (→ Détourner, cit. 26).Pauvre con ! [povkɔ̃]. || Pauvre mec ! [povmɛk].
33.1 (…) pensant : petit truqueur, pauvre type, un de ces déchets comme en laisse derrière elle toute guerre (…) déclassé — du moins à ce qu'il pensait —, déchu de sa situation (…)
Claude Simon, le Vent, p. 138.
3 (Choses). Faible, médiocre, insignifiant ou mauvais dans son genre. Malheureux, mauvais, méchant. || Un pauvre jeu de mots. Minable, piteux. || « Une pauvre langue est celle qui, outre la disette des termes, n'a ni douceur, ni énergie, ni beauté » (Girault-Duvivier, p. 128, 7e éd.).ci-dessus Une langue pauvre, au sens A., 4.
34 Le pauvre esprit de femme, et le sec entretien !
Molière, le Misanthrope, II, IV.
Vx (En corrélation avec une négation). || Sans verser une pauvre larme (→ Barguigner, cit. 2), la moindre larme.
CONTR. Aisé, argenteux (fam.), fortuné, opulent, riche. — Abondant, brillant, copieux, fastueux, fécond, florissant, fourni, généreux, gras, intarissable, luxueux, luxuriant, pourvu.
DÉR. Pauvrement, pauvresse, pauvret.
COMP. Appauvrir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pauvre — PAUVRE. adj. de tout genre. Qui n a pas de quoy subsister, qui manque des choses necessaires à la vie. Il est pauvre, extrémement pauvre. il est pauvre comme Job. un pauvre homme. une pauvre femme, un pauvre artisan. en ce païs là les peuples… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Pauvre — (fr., spr. Pohwr), arm, dürftig; daher P. diable (spr. P. djab l), 1) (Pauvret), armer Teufel; 2) ein schlechter od. Alltagsrock; P. honteux (spr. hongtöh), verschämter Armer, Hausarmer; Pauvreté (spr. Pohwrteh), Armuth, Armseligkeit …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Pauvre — (franz., spr pōwr ), arm, ärmlich; beklagenswert; Pauvreté, Armut, Armseligkeit …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • pauvre — Pauvre, voyez Povre …   Thresor de la langue françoyse

  • pauvre — (pô vr ; Palsgrave, p. 11, au XVIe siècle, remarque que poure se prononçait povre) adj. 1°   Qui n a pas le nécessaire, ou qui ne l a qu à peine. Lorsqu on lui voulait représenter cela [l exiguïté de son revenu] quand il faisait quelque aumône… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • PAUVRE — adj. des deux genres Qui n a pas le nécessaire, ou qui l a trop strictement. Un pauvre homme. Une pauvre femme. Un pauvre artisan. En ce pays là les paysans sont fort pauvres. Devenir pauvre. Il a vécu pauvre, et il est mort pauvre. Il est pauvre …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • PAUVRE — adj. des deux genres Qui n’a pas le nécessaire, ou qui l’a trop strictement. Famille pauvre. Devenir pauvre. Il a vécu pauvre et il est mort pauvre. Il est pauvre comme Job. Un pauvre hère, un pauvre diable, Un homme qui est dans la misère.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • pauvre — an., (surtout moralement), malheureux, qui fait pitié : POUR(O), A, E (Aillon V., Aix.017, Albanais.001b, Albertville.021, Annecy.003, Arvillard.228, Beaufort, Bellecombe Bauges, Bogève, Chambéry.025, Cohennoz, Flumet.198, Giettaz.215, Magland,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Pauvre —          BLANC (Louis)     Bio express : Homme politique et écrivain français (1811 1882)     «C est avec les pauvres que les riches se font la guerre.»     Source : Organisation du travail     Mot(s) clé(s) : Guerre Pauvre Riche          FUSTEL… …   Dictionnaire des citations politiques

  • Pauvre — Pauvreté La banderole Make Poverty History devant le siège du Trades Union Congress, à Londres. La pauvreté est l insuffisance de ressources matérielles, comme la nourriture, l’accès à l’eau potable, les vêtements, le logement, et des conditions… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.